Si tu n'offres pas ton coeur, dans le fond, tu n'offres rien

 

Si tu n'offres pas ton cœur, dans le fond, tu n'offres rien ... car les choses, sans un cœur qui les offre, restent des choses : elles ne sont pas un cadeau, un présent, une manière de rendre présent le lien qui nous relie l'un à l'autre, mais juste ce qu'elles sont, sans rien de plus, de ce plus que tu es.

Si tu n'offres pas ton cœur, dans le fond, tu n'offres rien ... même, et surtout, s'il ne s'agit pas de s'arracher le cœur de la poitrine pour l'offrir en expiation : tu d...ois garder ton cœur, ne jamais t'en passer, ne jamais le nier, le renier, le trahir. Il ne se divise pas à se partager, il s'augmente.

Si tu n'offres pas ton cœur, dans le fond, tu n'offres rien ... et tu fais semblant de vivre, empêtré dans un rôle qui n'est pas le tien : On ne peut qu'être vrai pour offrir son cœur, ni dans la soumission, ni dans la domination, seulement dans l'égalité des êtres. Donner n'est pas se faire prendre ou forcer des mains à s'ouvrir, donner c'est s'accueillir en accueillant l'autre.

Si tu n'offres pas ton cœur, dans le fond, tu n'offres rien ... et tu ne risques rien, puisque tu ne t'engages à rien, tu ne renonces à rien, tu ne t'enrichis de rien : offrir du cœur l'expose, c'est à dire à la fois le dévoile et l'exprime en même temps que le laisse sans cuirasse et sans arme, faisant le pari de la paix et non plus de la guerre.

Si tu n'offres pas ton cœur, dans le fond, tu n'offres rien ... et tu ne reçois rien, car offrir et recevoir sont le même battement, la même pulsation de la vie, le flux et le reflux d'un même sang d'amour à travers toutes nos veines : la générosité et la gratitude ne sont pas envers et avers, elles sont comme deux mains qui se joignent pour la même prière : Puisse mon humanité n'être pas inhumanité, puisse mon humanité être ainsi divine, dusse-t-elle être la seule divinité possible.

Tydé
"For you" © Christian Lechtenfeld # 500px
https://500px.com/photo/207167095/